Jump to content

Recent Status Updates

  • Photo
      25 Oct
    SeaWeed

    A couple crazy men do not a terrorist attack make - but it is a great platform to take a few more freedoms, for 'securities sake'

    Show comments (3)
  • Photo
      24 Oct
    Doobie Brother

    You ever notice how most Ford vehicle names are more fun when you put "anal" in front of them? Probe, Explorer, Excursion, Endeavor, Ranger, Focus...

    Show comments (1)
  • Photo
      21 Oct
    Dove

    just had a bowl of black tuna. After a long strech of using a vape, the feeling of resiny lips is a deja vu.

    Show comments (2)
View All Updates

Photo

Qc: Le proprio de la serre jure que Quintin-Vézina


This topic has been archived. This means that you cannot reply to this topic.
3 replies to this topic

#1 VertDur

VertDur

    iCannibinoïde

  • Members
  • 869 posts

Posted 25 January 2008 - 02:55 PM

Le vendredi 25 janv 2008
Le proprio de la serre jure que Quintin-Vézina ignorait tout

René-Charles Quirion
La Tribune
Sherbrooke

Daniel Lepage soutient que Jordi Quintin-Vézina ne savait pas ce qui se passait au sous-sol du 9900 du boulevard Bourque à Deauville.

C'est cet endroit qu'a été découverte en novembre 2005 une plantation aéroponique de cannabis pouvant produire annuellement un chiffre d'affaires illicite de 4,4 millions de dollars.



Présent sur les lieux lors de la perquisition, Jordi Quintin-Vézina subit son procès devant jury pour production de cannabis et production de cannabis dans le but d'en faire le trafic.

"Je ne lui ai jamais dit ce qu'il y avait au sous-sol du 9900 boulevard Bourque. Il ne savait pas qu'il y avait une serre à cet endroit", assure Daniel Lepage appelé comme témoin de la défense au procès présidé par le juge Réjean Paul de la Cour supérieure.

Le propriétaire de la serre aéroponique a affirmé sous serment que Jordi Quintin-Vézina lui donnait un coup de main seulement pour des montages mécaniques de différents types de même que pour certains litiges juridiques.

"Il venait de façon aléatoire à l'atelier. Il était souvent disponible", a expliqué Daniel Lepage qui a expliqué avoir cédé à la tentation de mettre en place une production de cannabis en 2003.

Concernant les endroits où les empreintes de Jordi Quintin-Vézina avaient été retrouvées dans la serre aéroponique, Daniel Lepage a affirmé qu'elles s'y trouvaient parce que l'assemblage des pièces s'était fait dans l'atelier et que l'accusé ne savait pas à quoi ça allait servir.

Les factures

Quant aux factures retrouvées au nom de Jordi Quintin-Vézina à l'atelier de Daniel Lepage, le témoin les a pris sur lui en affirmant que l'accusé faisait souvent des commissions pour lui sans nécessairement savoir à quoi l'équipement allait servir.

Daniel Lepage qui subira son procès dans le même dossier les 23 et 24 avril prochains bénéficiait d'une protection légale en vertu de la loi sur la preuve et la Charte des droits et libertés selon laquelle tout témoignage incriminant ne pourra être retenu contre lui lors de son procès.

Un ami de Jordi Quintin-Vézina a aussi été appelé à la barre. Dany McKenzie est venu affirmer sous serment avoir donné des conseils à l'accusée et à Daniel Lepage en matière de programmes de financement pour les projets de recherche et développement.

Le procès de Jordi Quintin-Vézina se poursuit vendredi au palais de justice de Sherbrooke.


cyberpresse.ca


#2 VertDur

VertDur

    iCannibinoïde

  • Members
  • 869 posts

Posted 25 January 2008 - 02:58 PM

Le jeudi 24 janv 2008
Procès Quintin-Vézina: le proprio de la serre n'aurait été qu'un client
René-Charles Quirion
La Tribune
Sherbrooke

Daniel Lepage ne serait rien de plus qu'un client qui avait un statut particulier pour Jordi Quintin-Vézina en matière de recherche et développement.

L'homme de 34 ans, qui est membre du barreau, subit son procès devant jury pour production de cannabis et production de 2846 plants de cannabis dans le but d'en faire le trafic au palais de justice de Sherbrooke.



Selon la thèse présentée par la poursuite, Jordi Quintin-Vézina aurait trempé dans la production aéroponique ultrasophistiquée démantelée en novembre 2005 au sous-sol de la bâtisse appartenant à Daniel Lepage au 9900 boulevard Bourque dans le secteur Deauville.

L'avocat de la défense, Me Alexandre Bergevin a présenté les premiers témoins de la défense de son client hier en après-midi.

La conjointe de Jordi Quintin-Vézina, Amélie Nava, a expliqué au jury composé de huit hommes et quatre femmes que l'accusé travaillait en recherche et développement avec Daniel Lepage, co-accusé dans cette affaire de culture aéroponique. Les deux hommes auraient notamment mis au point une innovation en matière de gants de ski.

"J'étais très surprise d'apprendre que Daniel Lepage avait été arrêté. Je ne m'attendais pas à cela et mon conjoint non plus (...

Je ne me serais jamais doutée qu'il y avait une serre de production de cannabis à cet endroit", a expliqué au jury Mme Nava.

Cette dernière assure que son conjoint avait seulement des projets de prototypes et de conception avec Daniel Lepage.

Elle et son conjoint ont d'ailleurs versé une caution de 8000 $ pour que Daniel Lepage retrouve sa liberté à la suite de son arrestation.

La défense a fait parvenir une obligation légale à Lepage afin qu'il se présente au procès ce matin pour venir témoigner dans cette affaire.

L'accusé Jordi Quintin-Vézina doit aussi venir témoigner pour sa défense "pour présenter la vision la plus complète de l'affaire".

Le procureur de la poursuite Me André Campagna a complété la présentation de sa preuve hier.

C'est essentiellement par des factures trouvées au nom de Jordi Quintin-Vézina dans l'atelier de Daniel Lepage, ses empreintes trouvées dans la serre de production de même que sa présence le jour de l'arrestation que la poursuite tente de prouver l'implication de Jordi Quintin-Vézina dans cette plantation aéroponique.

Cette plantation permettait de produire 187 livres de marijuana par mois, soit un chiffre d'affaires annuel de quelque 4 488 000 $.

Dans un rapport déposé au jury, un spécialiste de la Gendarmerie royale du Canada a qualifié les installations de très perfectionnées.

"...il ne fait aucun doute que les responsables impliqués s'attendent à retirer un énorme profit de la production de marijuana. Les mesures prises par les individus pour dissimuler cette installation de production de marijuana sont pour le moins extrêmes et ingénieuses et n'est certainement pas l'oeuvre de novices en matière de production de marijuana", explique le rapport de la GRC.

cyberpresse.ca



#3 VertDur

VertDur

    iCannibinoïde

  • Members
  • 869 posts

Posted 25 January 2008 - 03:00 PM

Le mercredi 23 janv 2008
Une information anonyme a vendu la plantation sophistiquée
René-Charles Quirion
La Tribune
Sherbrooke

C'est une information anonyme qui a conduit le Service de police de Sherbrooke sur les lieux de la plantation aéroponique située au 9900, boulevard Boulevard Bourque à Deauville.

Jordi Quintin-Vézina qui subit son procès devant jury pour production de cannabis et production de cannabis dans le but d'en faire le trafic se trouvait sur les lieux lorsque le SPS a procédé à la perquisition le 2 novembre 2005.

" Jamais je n'avais vu une plantation aussi sophistiquée, aussi propre ", a expliqué l'enquêteur principal au dossier du Service de police de Sherbrooke, Richard Collard, qui a été appelé à la barre hier au palais de justice de Sherbrooke.

Le procureur de la poursuite au dossier Me André Campagna a voulu démontrer au jury que les activités de réparation de bateau effectuées à l'atelier du co-accusé dans cette affaire, Daniel Lepage, ne seraient en fait qu'une façade pour dissimuler les activités de production de cannabis.

Le SPS a démantelé une serre de production de cannabis ultra-sophistiquée et contrôlée par ordinateurs.

" L'atelier avait l'air simplement d'un atelier. Cependant, après avoir découvert la serre, nous avons fait des associations avec ce qui se trouvait au sous-sol de la bâtisse. Quelque 75 pour cent du matériel de l'atelier de réparation de bateaux se trouvait en bas pour la production de cannabis ", a expliqué au jury l'enquêteur Collard qui travaille principalement à des dossiers de production de stupéfiants.

Lors de ses vérifications dans le dossier, Richard Collard a découvert que Daniel Lepage n'aurait pas déposé les véritables plans du bâtiment à la municipalité de Deauville lors de la construction de sa bâtisse en 1996.

Selon les documents officiels, le sous-sol n'avait que quatre pieds alors qu'en réalité, un ingénieur civil avait fait un plan pour une dalle structurante située au dessous d'une pièce de huit ou neuf pieds, qui a permis d'aménager la serre de production aéroponique.

Ce n'est qu'en creusant à l'extérieur de la bâtisse que les enquêteurs du SPS ont pu y pénétrer. De là, ils ont trouvé le mécanisme hydraulique pour y accéder de l'intérieur.

Ce sont les empreintes de Jordi Quintin-Vézina trouvées dans la serre de production, un code civil (Quintin-Vézina est avocat civiliste) de même qu'une facture de location au nom de l'accusé qui ont permis de le relier au dossier.

Dans un interrogatoire réalisée en mars 2006, Jordi Quintin-Vézina a mentionné qu'il passait du temps à l'atelier de Lepage, mais sans savoir ce qui pouvait s'y tramer.

" Ça se peux-tu que je ne sache pas ce qui se passe en bas? ", a exprimé Jordi Quintin aux enquêteurs du SPS avant sa comparution devant le tribunal.

Le procureur de la poursuite au dossier Me André Campagna devrait compléter sa preuve ce mardi matin. Ce sera ensuite à l'avocat de la défense Me Alexandre Bergevin de présenter sa défense.

Ce procès se déroule devant un jury composé de quatre femmes et huit hommes et présidé par le juge Réjean Paul de la Cour supérieure.
cyberpresse.ca


#4 VertDur

VertDur

    iCannibinoïde

  • Members
  • 869 posts

Posted 31 January 2008 - 09:42 AM

Régional | Jeudi 31 jan 2008 |

Jordi Quintin-Vézina trouvé coupable

(CHLT) - Le Montréalais est passible de plus de deux ans de pénitencier.
Au Palais de justice de Sherbrooke, hier, l'avocat de 34 ans, Jordi Quintin-Vézina, a été trouvé coupable de production de cannabis dans le but d'en faire le trafic.

L'accusé toujours en liberté devra revenir devant la Cour le 22 février prochain pour les procédures qui mèneront au prononcé de la sentence.

La couronne réclame une peine de pénitencier, c'est-à-dire plus de deux ans de prison pour Quintin-Vézina.

Rappelons qu'en novembre 2005, un sophistiqué laboratoire de production de cannabis avait été démantelé sous un atelier de réparations de voiliers dans le secteur Deauville. Un autre procès doit avoir lieu au printemps en marge de cette affaire, soit celui du propriétaire de la bâtisse, Daniel Lepage.

corusnouvelles.com